Publicité

Collaborateur clé. Photo Mphotoz/Fotolia.com

Le collaborateur clé,
un risque à envisager

Le risque du collaborateur clé est lié aux situations d’absence temporaire ou définitive des collaborateurs identifiés comme étant des ressources rares et précieuses dans une organisation.

Face aux diverses réalités du risque collaborateur clé, la question se pose de savoir quels moyens de maîtrise sont vraiment adaptés pour l’entreprise. Les solutions sont variées.

Au titre des moyens de maîtrise possibles, on peut noter le développement important des contrats d’assurance dits « homme clé » qui peuvent contenir plusieurs types de garanties. Certaines actions de maîtrise se traduisent par le versement d’un capital à l’entreprise en cas de décès, arrêt, départ d’une ressource clé. Ce capital permet le financement d’une solution de remplacement. Certains contrats comportent également des garanties assistance se traduisant par la mise à disposition de cabinets de recrutement experts, de cabinets de conseil experts mettant à disposition de l’entreprise les ressources manquantes.

Ne jamais être seul sur un sujet

Un moyen peu coûteux financièrement mais chronophage à mettre en place consiste à systématiser, sur les activités critiques, les systèmes de back-up : un expert métier ne doit jamais être seul sur son sujet, il doit formaliser son savoir, ses connaissances clés dans des procédures (règles de gestion, vérifications associées) ainsi que dans des modes opératoires (comment réaliser certaines tâches très techniques, avec quels points d’attention et erreurs à éviter, comment les réaliser de la meilleure des manières dans les règles de l’art, etc.).

En préparation d’une éventuelle période d’absence, l’expert concerné doit former un collègue qui va le remplacer et intervenir tout comme lui sur ces sujets, de manière à acquérir les savoirs mais aussi les savoir-faire.

Bien entendu, dans de nombreux cas, cette solution n’est pas applicable et cela suppose de maintenir les procédures à jour, ce qui constitue la gageure de tout dispositif de ce type. À titre complémentaire, figure la formation de ces back-up qui implique nécessairement d’être anticipée, planifiée et budgétée.

Se donner les moyens de garder les experts

Un autre moyen de maîtrise consiste à cartographier (recenser) pour chaque activité (production, support, de pilotage) les ressources en tension, difficiles à retrouver en cas d’absence ou de départ, et de déterminer, pour les cas les plus prioritaires, des budgets permettant de financer des mesures de rétention des ressources clés.

Ces mesures de rétention concernent notamment un alignement sur les hausses de salaires proposées par les entreprises concurrentes ayant démarché le collaborateur. Cela peut concerner des hausses de 15 à 30 % du salaire dans certains cas. Cela peut également résider dans le financement d’une formation onéreuse pour le salarié (de type MBA, master spécialisé, etc.), ou encore de financer d’autres demandes du salarié (aménagement du temps de travail, recours accru au télétravail, etc.).

Exemple dans le e-commerce

La matrice ci-dessous illustre le risque dans une approche sectorielle concernant les profils en tension dans le secteur du commerce en ligne.

Matrice collaborateur clé

En axe des abscisses (horizontal) figure le temps moyen de recherche d’un collaborateur sur le marché du travail, ce par type de profession (les métiers inscrits dans les bulles sur la matrice).

En axe des ordonnées (vertical) se trouve le contexte interne de l’entreprise : soit la probabilité que le collaborateur soit démarché par des concurrents, soit celle qu’il aill