Publicité
Corlet organise des dojos Sécurité pour former ses salariés - Photo Groupe Corlet

Corlet : des dojos Sécurité pour former les salariés

Bonnes pratiques. Le groupe Corlet, créé en 1961, est spécialisé dans l’impression, le façonnage et la diffusion de livres, catalogues et revues. Il compte aujourd’hui 305 salariés répartis sur cinq sites entre la Normandie et les Pays de la Loire, dont le site historique à Condé-sur-Noireau (Calvados). Pour former et sensibiliser ses salariés aux risques, le groupe a conçu des dojos Sécurité qui allient connaissances et jeux. Explications.

Ici, pas de tatami, ni de kimono. Dans les dojos chez Corlet, on parle risques, équipements de protection individuelle et bonnes pratiques. Initialement salle de prière dans les temples japonais puis salle de pratique des arts martiaux japonais, le dojo a été adapté en entreprise dans les années 1970. Mot d’origine japonaise qui signifie « lieu d’entraînement », le dojo est ainsi devenu dans ce contexte un lieu destiné à la formation des salariés dans le domaine de la sécurité, basée sur la méthode « apprendre en faisant ».

Les bons gestes

« Comme pour le judo, il s’agit du lieu où l’on apprend à faire les bons gestes, explique Jean-Noël Lecherpy, directeur Ressources humaines, Sécurité et Environnement du groupe. Cela a été mis en place chez Toyota au départ, puis récupéré et remis aux normes d’autres groupes de construction automobile, notamment l’alliance Renault Nissan. »

C’est d’ailleurs lors d’une mission de fin d’études dans le service RH de la Société de transmissions automatiques (STA), appartenant au groupe Renault-Nissan, qu’il a découvert les dojos Sécurité au milieu des années 2000. « J’ai pu assister à la conception de certains dojos, notamment un sur le port de gants qui s…

Ce contenu est accessible sur abonnement.

OFFRE
DÉCOUVERTE !

> J’en profite !