Publicité
Accident du tunnel de Vierzy le 16 juin 1972-Crédit : capture Ina

Accident ferroviaire
sous le tunnel de Vierzy,
il y a 50 ans

Le 16 juin 1972, deux autorails circulant en sens opposé à plus de 100 km/heure percutent, dans un tunnel de l’Aisne, une masse d’éboulis provenant de l’effondrement de la voute. L’accident fait 108 morts et 111 blessés.

Il est 20 h 54 ce vendredi 16 juin 1972 lorsqu’un autorail reliant Paris à Laon entre dans le tunnel à double voies de Vierzy (Aisne).

Or, à la suite du passage d’une locomotive une demi-heure plus tôt, une partie de la voute du tunnel – environ 15 m de longueur – s’est effondrée. Cet éboulement a formé une masse de 460 m3 de 5 m de haut au-dessus du niveau du rail. Le train percute cet éboulis rocheux à 108 km/h, l’escalade et s’encastre dans ce qui reste de la voûte. Les trois wagons de tête s’empilent les uns dans les autres.

Une minute s’écoule quand un train arrivant en sens inverse sur l’autre voie heurte lui aussi l’éboulis et s’imbrique dans les wagons renversés du premier train.

L’arrivée des secours en plusieurs étapes

L’alerte est donnée près de 20 minutes plus tard. Huit pompiers volontaires d’Hartennes-et-Taux, bourgade située à quelques kilomètres de là, arrivent sur les lieux. Ils découvrent un enchevêtrement de wagons broyés et de ferraille, laissant supposer un grand nombre de victimes. Mais ils n’ont pas les outils adéquats pour intervenir efficacement.

Le plan Orsec est déclenché à 22 h. Et ce n’est que vers 1 h du matin que le régiment de Soissons arrive avec du matériel. Les sapeurs-pompiers de Paris viennent eux aussi avec hommes et matériel quelques heures plus tard. Ils installent notamment des systèmes de ventilation pour a…

Ce contenu est acces