Publicité
Creusement du tunnel de l'A86 - Crédit : capture Vidéo Vinci-Tulipe

L’incendie du tunnel en chantier de l’A86, il y a… 20 ans

Le 5 mars 2002, un incendie se produit sur le chantier du tunnel de l’A86, obligeant les ouvriers à se confiner dans un sas étanche situé au fond de l’ouvrage et à y attendre, pendant plusieurs heures, les secours.

En cette soirée du 5 mars 2002, seule l’équipe de nuit, composée de 19 personnes, est présente dans le tunnel en construction de l’A86. Celui-ci reliera Rueil-Malmaison (Hauts-de-Seine) à l’A13. Un tunnelier long de 200 m est à l’œuvre. Il creuse le sol à la vitesse de 20 m par jour et habille la voûte de voussoirs en béton armé. Il se situe alors à 1 400 m de l’entrée.

L’incendie se déclare

Il est aux alentours de 22 h 30 lorsque le train qui approvisionne le tunnelier de voussoirs prend feu. Il s’arrête mais déjà des flammes s’élèvent. « Le dispositif d’extinction fixe à poudre, constitué de deux extincteurs de 9 kg relié à quatre buses encadrant le moteur (…) ne parvient pas à juguler le feu », écrivait René Dosne dans Face au Risque (n° 384, juin-juillet 2002). Les ouvriers tentent alors de l’éteindre à l’aide des nombreux extincteurs présents. Mais l’incendie est déjà trop puissant et les fumées toxiques emplissent l’ouvrage.

Équipés de masques auto-sauveteurs, ils se précipitent tous vers le fond du tunnel, à environ 600 m de là, pour se réfugier dans l’un des deux sas étanches et autonomes. Ils ferment la lourde porte et attendent les secours. Ils sont dans le noir et sans possibilité de contacter l’extérieur, le feu ayant endommagé les circuits électriques.

L’intervention difficile des sapeurs-pompiers

Alertés à 22h48, les sapeurs-pompiers arrivent sur les lieux avec des équipes du Groupement de recherche et…

Ce contenu est accessible sur abonnement.

OFFRE
DÉCOUVERTE !

> J’en profite !