Publicité
Accident - Seveso - Risque industriel - Environnement - Directive -Crédit: Capture INA

L’accident d’une usine chimique
à Seveso, il y a 45 ans

Le 10 juillet 1976, près de la commune de Seveso en Italie, de la dioxine s’échappe accidentellement d’une usine chimique. Les dirigeants de la société tardent à prévenir les autorités et la population. L’accident se transforme en catastrophe humaine et environnementale qui donnera naissance à la directive Seveso.

Article extrait du n° 574 de Face au Risque : « L’accident d’une usine chimique à Seveso » (juillet-août 2021).

L’accident

Il est 12h37 ce samedi 10 juillet 1976 à Meda, une ville italienne située à environ 20 km au nord de Milan. C’est alors que saute une soupape de sécurité d’un réacteur de l’usine de produits chimiques Icmesa. Des vapeurs toxiques sont libérées et un nuage se répand vers la commune toute proche de Seveso, puis vers le sud-est. La fuite est stoppée vers 13h45.

Ce n’est que le lendemain après-midi que les dirigeants de la société suisse Givaudan (filiale de l’entreprise pharmaceutique F. Hoffmann-La Roche), à laquelle appartient Icmesa, avertissent les maires de Meda et de Seveso d’une « fuite d’herbicide ». Ils leur conseillent de demander aux habitants de ne pas consommer les fruits et légumes locaux.

Le 12 juillet, le travail reprend dans l’usine. Cependant, très vite, de petits animaux meurent, les feuilles des arbres s’assèchent, l’herbe jaunit… Et surtout, des premiers cas de chloracnée se déclarent chez les enfants des environs. Il s’agit de troubles de la peau dues à une exposition à des produits toxiques qui se traduisent par des brûlures.

Le 14, les laboratoires Hoffmann-La Roche identifient l’agent responsable. C’est du TCDD (2,3,7,8-tetrachlorodibenzo-p-dioxine), l’une des dioxines les plus toxiques pour l’homme. Toutefois, ils n’en réfèrent pas…

Ce contenu est accessible sur abonnement.

OFFRE
DÉCOUVERTE !

> J’en profite !