Publicité
GreenIT CC AdobeStock weerapat1003

Tribune. Quels sont les impacts environnementaux du numérique en France ?

Suite à la pandémie de Covid-19, l’humanité aspire encore plus qu’avant à construire un « jour d’après » où le respect de l’environnement joue un rôle clé. Le numérique n’échappe pas à cette règle.

Dans le même temps, cette crise nous fait aussi ressentir le caractère critique du numérique comme outil de résilience, notamment pour coordonner les efforts sanitaires en temps réel à l’échelle planétaire. Comment aurions nous fait avec des pigeons voyageurs ?

C’est dans ce contexte que la Convention citoyenne pour le climat a adopté, en juin 2020, avec 98 % de votes « pour », un ensemble de propositions pour « Accompagner l’évolution du numérique pour réduire ses impacts environnementaux ». Un ensemble de propositions repris dans une proposition de projet de loi actuellement discutée au Sénat, et par les députés européens le 25 novembre dernier lors du vote d’une résolution historique sur le sujet.

La nécessité d’une étude

Comme il n’existait aucune étude multicritères quantifiant les impacts du numérique français, nous avons décidé de prolonger nos travaux sur l’empreinte environnementale du numérique mondial au cas spécifique de l’Hexagone, pour accompagner cette démarche citoyenne et identifier les bons leviers.

Les résultats préliminaires de l’étude « iNum », que nous avons publiés en juin 2020, sont le fruit d’un travail bénévole et collectif d’Adrien Montagut (Commown), Céline Berthaut (celineberthaut.fr), Frédéric Bordage (GreenIT.fr), Geneviève Van Diest (visuelle.be), Lorraine de Montenay (GreenIT.fr), Olivier Vergeynst (Green IT Belgium), Samuel Sauvage (Halte à l’obsolescence programmée – HOP) et de nombreux autres contributrices et contributeurs.

L’objectif est de permettre à nos concitoyens et aux pouvoirs publics de bâtir un plan d’actions sur une base solide prenant en compte le cycle de vie complet et plusieurs indicateurs environnementaux, en plus des émissions de gaz à effet de serre, pour éviter notamment les transferts d’impacts et de pollutions.

Ces résultats préliminaires constituaient une base ouverte de discussion pour aboutir à un résultat consensuel à l’horizon de l’automne 2020.

Résultats

Les résultats préliminaires de l’étude indiquent que le numérique représente, à l’échelle de la nation, l’équivalent de :

  • Consommation d’énergie : 180 TWh d’énergie primaire ;
  • Réchauffement global : 24 millions de tonnes de gaz à effet de serre ;
  • Tension sur l’eau douce : 559 millions de m3 d’eau douce ;
  • Epuisement des ressources abiotiques : 833 tonnes équivalent antimoine.

Rapportée aux impacts environnementaux annuels de la France, cela représente l’équivalent de :