Publicité

Les accidents industriels de l'année 2018. (photo d'illustration Barpi)

Les accidents industriels de l’année 2018

Risques technologiques. Le Barpi, Bureau d’analyse des risques et pollutions industriels, commente les accidents et incidents survenus en 2018 dans les installations classées pour la protection de l’environnement.

Hausse des accidents industriels en 2018

L’année 2018, avec 1 112 accidents/ incidents enregistrés en France dans les installations classées, poursuit malheureusement les croissances constatées les années précédentes. En effet, 2017 avait connu 978 accidents et 2016 : 827, soit +34 % en 2 ans.

Quels sont les secteurs d’activité concernés ?

Quels sont les risques ? La figure 1 (ci-dessous) présente la répartition des accidents et des principaux phénomènes accidentels en fonction des secteurs d’activités. Le secteur des déchets représente à lui seul plus de 21 % des accidents 2018, suivi par le secteur de la chimie avec 15 %.


Figure 1 accidents industriels 2018 (schéma Barpi).

Le secteur du raffinage connaît une forte augmentation (+200 %) contrairement à l’agriculture qui connaît une baisse notable de – 33 %. Les typologies de phénomène diffèrent selon le secteur d’activité : 66 % des accidents dans le secteur de déchets sont des incendies contre 18 % dans le secteur de la chimie. A contrario, les rejets accidentels sont majoritaires dans le secteur de la chimie (63 % des accidents) contre 25 % dans le secteur des déchets.

Des conséquences humaines en baisse

Cinq décès ont été recensés en 2018 dans quatre accidents (contre 9 décès en 2017). Le nombre total de blessés (450) est en baisse de 13 % par rapport à 2017 qui avait connu une hausse de 35 %. En revanche, le nombre de sauveteurs blessés en intervention est en augmentation notable : + 72 %. Les effets des accidents, pour une grande part, restent confinés à l’intérieur des sites. En 2018, 25 blessés sont recensés parmi le public contre 43 en 2017, essentiellement des incommodations par les fumées ou les vapeurs de produits émis (voir figure 2).


Figure 2 accidents industriels 2018 (schéma Barpi).

Des conséquences environnementales qui peuvent être lourdes

Quelle que soit la taille de l’installation, les produits utilisés ou fabriqués, l’activité (transport, stockage, production), les défaillances peuvent provoquer des rejets gazeux, particulaires ou liquides qui peuvent impacter les matrices (air, eau, sol). Ces rejets peuvent être suffisamment significatifs pour avoir un impact sur la faune et la flore. En 2018, il y a eu 302 rejets dans l’atmosphère, 64 dans les eaux superficielles ou souterraines et 33 dans les sols.