Publicité

Le-facteur-humain-toujours-en-pointe-dans-la-panoplie-des-risques-photo-puhhha_L Fotolia.jpg

Le facteur humain toujours en pointe dans la panoplie des risques

Cyber-incidents, catastrophes naturelles, sécurité des collaborateurs, incendie… La gestion des risques est plus que jamais un enjeu majeur pour les entreprises. Retour sur les incidents qui ont marqué l’année 2018.

Au vu du nombre d’études se penchant sur les risques auxquels font face les entreprises, on mesure que la prévention fait partie des préoccupations majeures des dirigeants de sociétés. Et plus uniquement des grandes entreprises.

En effet, selon l’étude OpinionWay menée pour QBE France en juin 2018, les PME et ETI françaises sont désormais 78 % à faire apparaître la gestion des risques parmi la liste de leurs enjeux majeurs, contre seulement 65 % en 2018. Et pourtant, le niveau de risque perçu n’a pas augmenté depuis l’année dernière (toujours situé à 73 % selon QBE).

Une perception mouvante fonction de l’actualité

Mais les risques évoluent sans cesse, de nouveaux apparaissent, d’autres se renforcent. La réglementation, également mouvante, rend la perception de certains risques plus importante d’une année à l’autre.

Montée en puissance du risque cyber

C’est notamment le cas du risque cyber. D’après l’étude QBE, 66 % des répondants se disent sensibilisés à ce risque à travers la mise en place du Règlement européen de protection des données (RGPD).

« La perception du risque cyber évolue, notamment grâce au RGPD mais aussi en raison des attaques qui sont plus fréquentes », observe Renaud de Pressigny, directeur général de QBE France.

En effet, si la thématique cyber monte en puissance, ce n’est pas uniquement en raison d’un renfort de la réglementation. Le Baromètre Allianz d’octobre et novembre 2018 mesure lui aussi la montée des…

Ce contenu est accessible sur abonnement. Pour lire la suite :

DECOUVREZ
NOS OFFRES !

ESSAYEZ
GRATUITEMENT !

IDENTIFIEZ
VOUS !

BESOIN DE CONSEILS ?

Nous restons à votre disposition du lundi du vendredi, de 9h à 18h

Par email :

Par téléphone (prix appel local) :

+ 33 (0)2 32 53 64 32