Publicité

La serrure électronique : entre tentation et craintes (image SimonsVoss)

De la serrure mécanique à la serrure électronique

Déjà très présent dans l’hôtellerie
et les grandes entreprises, le contrôle d’accès électronique reste marginal dans les TPE et encore plus en home office. Et pourtant, son rôle en matière de sécurité et de traçabilité n’a d’égal que les nombreux services qui peuvent y être associés.

Small office, home office : une culture de la sécurité à développer

Avec l’essor fulgurant d’internet et de la mobilité des terminaux, les habitudes professionnelles ont profondément évolué en quelques années, et ont offert à beaucoup la possibilité de se lancer dans l’aventure de l’entrepreneuriat. Aujourd’hui, on ne compte plus le nombre de consultants indépendants travaillant chez eux, quand ils ne sont pas chez leurs clients, le nombre de startups et plus globalement le nombre de TPE, tout secteur d’activité confondus.

En tant que professionnels, les entrepreneurs eux-mêmes comme leurs équipes ont un certain nombre d’obligations légales ou contractuelles vis-à-vis de leurs clients, notamment en termes de confidentialité et de sécurité des informations qu’ils leur confient. Et si la sécurité informatique est devenue une évidence pour la plupart des entreprises, y compris les plus petites, la sécurisation des accès physiques en small et home office est rarement une priorité.

Pourtant, petite ou grande, une entreprise doit protéger son outil de production (ordinateurs, téléphones, etc.) du vol ou de la malveillance. Or, dans de très nombreux cas, l’accessibilité des bureaux reste appuyée sur des serrures mécaniques classiques. Outre la complexité et les risques de la gestion du parc de clés, aucune traçabilité des accès n’est alors possible.

Contrôle d’accès électronique : halte aux idées reçues !

Derrière les (pré)historiques serrures à codes par boutons poussoirs autonomes, connues depuis plusieurs décennies maintenant, la serrure électronique d’aujourd’hui est avant tout connectée. Tout le paradoxe repose justement sur cet état de fait : ainsi, au lieu de voir dans la serrure électronique connectée une sécurité supplémentaire pour son entreprise, son matériel et ses informations, certains la considèrent au contraire avec méfiance.

Parmi les principales craintes d’un système électronique sans fil, il y a avant tout la question de la perte de contrôle ou du non-fonctionnement (coupure de courant, etc.) : objet purement physique, la clé a quelque chose de rassurant ! Et pourtant, la très grande majorité des immeubles (résidentiel et non-résidentiel) dispose déjà de solutions électroniques telles que des digicodes ou des interphones, sans que personne ne s’en émeuve.

Et bien sûr, avec un objet connecté, vient toujours l’éternelle question : qu’advient-il de mes données personnelles ? Car, dans la sphère professionnelle comme dans la sphère privée, la question de la protection des données personnelles est souvent au centre des préoccupations. Ce qui est particulièrement prégnant en France, pionnière dans le domaine dès 1978 avec la loi Informatique et Libertés.

S’il convient de rester prudent, les données liées aux accès à l’entreprise ne sont pourtant pas plus en danger dans un tel système que dans les autres solutions informatiques de la société, d’autant plus qu’elles ne sont pas à caractère personnel.

Des services complémentaires, moteur d’adoption de la serrure électronique

Face à une conjoncture souvent loin d’être à la hauteur des attentes des acteurs économiques, les dépenses d’investissement ont tendance à se concentrer sur les essentiels, et ce qui semble annexe ou secondaire est classé dans les « à penser » ou les « pourquoi pas ». C’est d’ailleurs ce qui est arrivé pendant de nombreuses années à la sécurité des systèmes d’information, jusqu’à ce que certaines affaires retentissantes créent la prise de conscience.

Faudra-t-il, avec la sécurité physique des petites entreprises, attendre le même déclic ? Peut-être pas si, au-delà de la sécurité et de la traçabilité des accès, la serrure électronique sans fil apporte d’autres services et surtout du confort aux utilisateurs. À commencer par répondre aux nouveaux modes de consommation : livraison des commandes des collaborateurs (même en dehors des heures d’ouverture des bureaux et même personnelles), conciergerie privée, etc.

Et pourquoi ne pas imaginer que les bureaux puissent devenir une source de revenus pour l’entreprise quand elle ne s’en sert pas ? Grâce à la serrure électronique sans fil, il serait alors possible de louer les bureaux pour quelques heures le soir ou le week-end, bref aux moments où ils sont inoccupés !

C’est toute la force de l’économie digitale : tout est possible, tout est imaginable. Et la serrure électronique sans fil, au même titre que n’importe autre objet connecté, peut rendre d’innombrables services au quotidien. Elle évite même les poches déformées par les trousseaux de clés… alors pourquoi se priver ?

Jean-Philippe Vuylsteke, Président de SimonsVoss France

Jean-Philippe Vuylsteke
Président de SimonsVoss France

ARTICLES SUR LE MÊME SUJET

Par |2018-12-11T10:08:22+00:0010/12/2018|Mots-clés : , , |