Notre Dame oblige a repenser la detection d incendie photo Jacques Paquier licence CC via Flickr

Notre-Dame oblige à repenser la détection d’incendie

L’incendie de la cathédrale Notre-Dame de Paris, le 15 avril 2019, a soulevé une vague d’émotion qui pourrait être profitable à la sécurité incendie. Au cœur des premiers retours d’expérience, la fonction de détection d’incendie semble avoir été défaillante et pourrait être améliorée.

La découverte de l’incendie de Notre-Dame, tel que nous la relatons dans notre numéro de mai, aurait sans doute pu être plus précoce. Que s’est-il passé dans ces combles ? Une fois découvert, le feu avait atteint un tel développement qu’on ne pouvait écarter la destruction totale de l’édifice.

La levée de doute en question

A 18h20, une première alarme retentit. Deux agents se rendent sur place et l’alerte est finalement levée. Le système de détection semble avoir bien fonctionné mais c’est la levée de doute qui semble avoir pêchée. Les deux agents se sont-ils rendus au bon endroit ?

Selon nos informations, confirmées par le New York Times, il s’agissait de détecteurs par aspiration. Ce système de détection d’incendie est un système adressable, c’est-à-dire qu’il devait permettre aux agents de savoir où ils devaient se rendre pour vérifier qu’il n’y avait pas de foyer.

L’installation et la maintenance était-elle à la hauteur ?

La centrale d’incendie et les détecteurs avaient-ils été correctement installés ? Si sur le tableau d’incendie une zone est repérée mais qu’elle n’est pas la même que la zone physique, il est possible que les agents, dans des combles qui faisaient 100 mètres de long avec un transept de 40 m…

Ce contenu est accessible sur abonnement. Pour lire la suite :

DECOUVREZ
NOS OFFRES !

ESSAYEZ
GRATUITEMENT !

IDENTIFIEZ
VOUS !

BESOIN DE CONSEILS ?

Nous restons à votre disposition du lundi du vendredi, de 9h à 18h

Par email :

Par téléphone (prix appel local) :

+ 33 (0)2 32 53 64 32

Par |2019-06-04T11:50:55+00:0029/05/2019|Mots-clés : , , , , |