Publicité

Musée du Louvre

Le Louvre
face à la menace terroriste

Le 3 février 2017, des militaires de l’opération Sentinelle
sont attaqués au Carrousel du Louvre.
Denis Fousse, directeur adjoint de l’accueil
et de la surveillance,
revient sur les grandes lignes de la stratégie
mise en place dans l’établissement

Dans les premiers instants, on ne sait pas s’il s’agit d’un acte isolé ou d’une attaque coordonnée. Le Musée expérimente alors en grandeur nature les dispositifs de mise en sécurité du public testés en 2016 au cours des exercices Athena.

Face au Risque. En cas de menace terroriste, quel est votre plan de réaction : évacuation ou confinement ?
Denis Fousse. Je dirais que la règle c’est : « Ce sont les circonstances qui commandent ». On ne peut pas systématiser une procédure ou une autre, ce serait stérile. Il n’y a pas de meilleure solution. Dans ce genre de situations, on ne fait pas bien ou mal. On essaie juste de faire au mieux, en fonction des outils dont on dispose et en fonction des circonstances.

Cependant, lorsqu’on est victime d’une attaque terroriste, la rapidité de l’alerte est primordiale. Plus vite elle sera donnée, plus petite sera la zone d’exclusion. La priorité pour les forces d’intervention, c’est de contenir cette zone d’exclusion.

Qu’est-ce que vous appelez « zone d’exclusion » ?
D. F. C’est la zone de contact immédiat avec l’attaque terroriste, là où se produisent par exemple des tirs à l’arme automatique. Compte tenu de la taille de notre établissement qui s’étend sur quatre stations de métro, c’est un concept extrêmement important. Il ne peut pas y avoir une attaque terroriste simultanée sur la…

Ce contenu est accessible sur abonnement. Pour lire la suite :

DECOUVREZ
NOS OFFRES !

ESSAYEZ
GRATUITEMENT !

IDENTIFIEZ
VOUS !

BESOIN DE CONSEILS ?

Nous restons à votre disposition du lundi du vendredi, de 9h à 18h

Par email :

Par téléphone (prix appel local) :

+ 33 (0)2 32 53 64 32

Par |2018-11-23T19:16:19+00:0027/07/2018|Mots-clés : , , |