Le Bataclan, novembre 2015, Paris - CC Flickr Jeanne Menjoulet

Interview. Attentat du Bataclan : l’exposition au danger peut favoriser l’entraide

Des chercheurs ont mené une étude sur les réactions face au danger auprès des rescapés de l’attaque terroriste du Bataclan du 13 novembre 2015. Guillaume Dezecache, l’un de ces scientifiques et docteur en sciences cognitives, nous explique les conclusions de ces recherches.

Non-abonné ? L’extrait de cette interview parue dans notre n° 567 de novembre 2020  est accessible gratuitement en vous inscrivant à notre offre « accès à 5 articles gratuits » (ci-dessous).

13 novembre 2015

Vers 21 h 40, au Bataclan à Paris pendant un concert des Eagles of Death Metal auquel assistaient environ 1 500 personnes, trois terroristes armés faisaient 90 morts et des centaines de blessés.

Docteur en sciences cognitives, Guillaume Dezecache a mené, avec sept autres chercheurs, une étude sur les rescapés. L’objectif : en savoir plus sur les réactions individuelles et collectives au danger. Cinq ans après le drame, il nous livre les résultats qui devraient être publiés prochainement dans une revue scientifique.