Publicité

Incendie - Pailleron - Réglementation

6 février 1973 : Incendie du collège Pailleron à Paris

Il est environ 19 h 40 le 6 février 1973 lorsqu’un garçon de 15 ans, élève du collège Édouard Pailleron à Paris, met le feu à une salle d’étude située au rez-de-chaussée de l’établissement scolaire.

L’adolescent croit le collège vide à cette heure tardive. Or, plusieurs salles dans les étages de cet établissement recevant du public sont occupées par 38 élèves du conservatoire de musique du XIXe arrondissement et 4 professeurs. L’extension du feu est fulgurante. Les vides verticaux et horizontaux de ce type de constructions métalliques et le polystyrène utilisé comme isolant facilitent la propagation des flammes et des fumées toxiques.

Dès que l’alerte est donnée, c’est la confusion totale. Les professeurs de musique font évacuer leurs élèves, âgés de 8 à 13 ans, mais la fumée empêche toute visibilité. En outre, comme c’est la première fois que le conservatoire utilise le collège pour ses cours de musique, personne ne connaît les lieux…

Lorsque les sapeurs-pompiers arrivent, en 4 minutes, ils ne peuvent éviter l’embrasement total du bâtiment. Ils parviennent cependant à sauver des flammes et des fumées une vingtaine d’élèves et leur professeur coincés derrière les fenêtres du 3e étage.

Vers 20 h 40, l’édifice s’effondre. À 21 h 30, l’incendie est maîtrisé. Les pompiers pensent alors que le pire a été évité. Mais en progressant dans les ruines, ils découvrent les corps d’une quinzaine d’enfants au-dessus des décombres. Ils s’étaient réfugiés sur la terrasse de la cour intérieure avant qu’elle ne s’effondre.

L’incendie aura fait 20 morts : 4 adultes et 16 enfants.

L’État renforce la réglementation des établissements…

Ce contenu est accessible sur abonnement. Pour lire la suite :

DECOUVREZ
NOS OFFRES !

> voir nos formules

ESSAYEZ
GRATUITEMENT !

> s’inscrire librement

IDENTIFIEZ
VOUS !

> se connecter

BESOIN DE CONSEILS ?

Nous restons à votre disposition du lundi du vendredi, de 9h à 18h

Par email :

Par téléphone (prix appel local) :

+ 33 (0)2 32 53 64 32

Par |2018-11-23T19:38:03+00:0017/07/2018|Mots-clés : , , , |