Dossiers

     Grenfell : Et après ? (4 juin 2018)
    Grenfell : Et après ?

  • Grenfell, le récit d’une catastrophe (1770 mots)

    Toutes les catastrophes se ressemblent. Et pourtant toutes sont singulières. Il y a les victimes en nombre, les gestes d’héroïsme, les morts absurdes, la petite anecdote et les leçons à en tirer. Le drame de Grenfell, survenu il y a tout juste un an, porte tout cela. Il invite aussi à réfléchir sur la résilience et la capacité du système à éviter la reproduction du même incident.

  • Combien de morts par incendie en France ? (1046 mots)

    Pour analyser les risques, encore faut-il les connaître. La question est lancinante. Que sait-on de la réalité des décès dans les incendies et de leur origine : Comportements humains ? Problèmes de structure du bâtiment ? Inadaptation de la réglementation ? C’est là que l’approche statistique pourrait être décisive.

  • Incendie et construction, nouveaux risques (1311 mots)

    Bâtiments aux formes organiques et libérées, introduction du bois dans les constructions élevées, végétalisation des façades et des terrasses, économies énergétiques… Autant de facteurs qui obligent législateur, laboratoires d’essais et sapeurs-pompiers à une adaptation à marche forcée…

  • Sécurité incendie et simplification (555 mots)

    Alors que le drame de Grenfell rappelle, pour beaucoup, qu’alléger les normes de construction n’est pas sans danger, le Gouvernement veut apporter de la souplesse au secteur de la construction

  • Un Grenfell en France ? (818 mots)

    16 000 C’est le nombre d’ERP en exploitation en France sous avis défavorable(soit 2,6 % du parc). Source : rapport IGA et Igas sur les ERP de juin 2014.

  • « Nous sommes désormais confrontés à des feux se propageant par l’extérieur » (952 mots)

    De nouveaux modes de construction voient le jour et entraînent, en cas d’incendie, de nouveaux risques pour les sapeurs-pompiers, particulièrement dans les habitations. Les sapeurs-pompiers doivent anticiper et adapter leurs méthodes d’intervention. Et préconiser une meilleure prévention en amont.

  •  Loisirs et patrimoine : quelles menaces ? (3 mai 2018)
    Loisirs et patrimoine : quelles menaces ?

  • Un marché influencé par le terrorisme (1781 mots)

    Les musées et monuments historiques, jusqu’ici confrontés aux risques de malveillance et d’incendie, doivent adapter leur politique sécurité aux menaces terroristes. Un changement majeur.

  • Sites de loisirs : allier divertissement et sécurité (1630 mots)

    De Disneyland Paris aux petits parcs familiaux en passant par Aqualand, la Tour Eiffel ou encore le Gouffre de Padirac, les sites de loisirs et culturels doivent conjuguer deux logiques qui ne vont pas toujours de pair :l’amusement et la sécurité.

  • Approche globale au Parc Chanot de Marseille (1663 mots)

    Deux cents cinquante événements sont organisés chaque année au Parc Chanot, le palais des congrès et des expositions de Marseille. Pour assurer la sécurité des exposants et des visiteurs, il faut faire preuve d’organisation et coordonner les différents intervenants. Un rôle de chef d’orchestre endossé par Nicolas Bonnet, responsable sécurité-sûreté de la société Safim, gestionnaire des lieux. Il nous explique ses missions.

  • Sécuriser les biens culturels, tout un art ! (1769 mots)

    La protection des biens culturels est un enjeu fort aussi bien en termes de sûreté, contre les actes de vols et de financement du terrorisme, qu’en termes de sécurité incendie. Les oeuvres d’art sortent des musées ou intègrent des lieux initialement non prévus à cet effet, ce qui accroît d’autant plus le risque

  •  Quelle réalité derrière les chiffres ? (29 mars 2018)
    Quelle réalité derrière les chiffres ?

  • Les chiffres introuvables de l’incendie en France (1064 mots)

    En France, aucun organisme ne collecte de données sur les origines et les causes des incendies. Il faut s’appuyer sur des données partielles pour tirer des tendances.

  • « Des informations qu’il faut regrouper pour faire sens » (1339 mots)

    Chaque année, la branche AT/MP de la CNAM (Caisse nationale d’assurance maladie) publie les statistiques sur les accidents du travail et les maladies professionnelles. Pascal Jacquetin, adjoint à la directrice des risques professionnels et responsable de la mission Statistiques de la Direction des risques professionnels, nous explique l’enjeu de ces statistiques.

  • Criminalité et délinquance - d’où viennent les chiffres ? (687 mots)

    L’ONDRP (Observatoire national de la délinquance et des réponses pénales) collecte et analyse les données relatives aux faits ou aux situations d’atteinte aux personnes ou aux biens. Le point avec Christophe Soullez, chef de cet organisme public.

  • Big Data et prédiction des données

    29/03/2018 (332 mots)

  • Recueillir ses propres chiffres pour avancer (1909 mots)

    Toutes les entreprises recueillent volontiers des données, la plupart du temps financières. La sécurité et la sûreté n’entrent pas toujours dans ces cases. Il faut pourtant pouvoir agir, trouver les bons leviers et les moyens d’analyser la situation. Le reporting extra-financier se développe, comme le constate l’entreprise Tennaxia, qui conseille les entreprises et édite des outils de reporting dans ce domaine.

  •  Sécurité-Sûreté : l'union sacrée ? (1 mars 2018)
    Sécurité-Sûreté : l'union sacrée ?

  • Polyvalence incendie-malveillance : vers une nouvelle donne ? (2191 mots)

    Les risques peuvent être segmentés en fonction de leur nature : physique, naturelle ou du fait des hommes. L’incendie peut avoir toutes ces natures. Il demeure un risque majeur qui est cependant bien connu, sous l’angle des phénomènes de combustion, des sources de danger ou sur les concepts de maîtrise des risques. La malveillance, qui s’intéresse à l’humain et à ses motivations, ne bénéficie pas de cet historique. Rapprocher les deux matières n’est pas si nouveau. Et loin d’être simple.

  • Polyvalence ou spécialisation : ce que vous en pensez… (1000 mots)

    Dans le cadre de ce dossier, nous avons voulu recueillir vos avis sur la problématique de la polyvalence des services sécurité incendie et sûreté. Sur les réseaux sociaux, via notre i-news, nous vous avons demandé si vous étiez plutôt pour, ou plutôt contre. Vous avez été nombreux à nous répondre. Voici la synthèse.

  • La grande distribution, un secteur précurseur (817 mots)

    Association technique du commerce et de la distribution, Perifem a longtemps milité pour la polyvalence des équipes incendie et sûreté. Ce point a notamment été abordé au sein des missions créées par le ministère de l’Intérieur pour la simplification de la réglementation incendie dans les types M et PS. Franck Charton, délégué général de Perifem, explique son point de vue sur la pertinence du rapprochement entre les équipes dans les surfaces de vente.

  • Vers la fin d’un « bricolage » en sécurité-sûreté (1448 mots)

    La sécurité privée n’est pas une économie comme les autres. Elle est liée à la sécurité publique qui la contrôle et la sanctionne et à laquelle elle participe de plus en plus. Antonio Arroyo, chercheur et enseignant, étudie depuis plus de 10 ans le secteur qui témoigne selon lui d’aspirations en décalage avec les réalités du terrain et où « le bricolage » l’emporte parfois sur la professionnalisation pourtant souhaitée.

  • Les services internes de sécurité résistent à l’externalisation (1450 mots)

    Les partisans d’une polyvalence sécurité-sûreté mettent souvent en avant l’argument économique. Si cet aspect était l’unique facteur de décision, alors les services de sécurité des entreprises devraient être externalisés. Or, ce n’est pas le cas. Les services internes de sécurité sont plus onéreux que les prestations confiées à des sociétés extérieures, mais ils présentent quelques avantages significatifs. Les deux systèmes devraient donc cohabiter encore longtemps.

  •  RGPD : soyez prêts ! (1 février 2018)
    RGPD : soyez prêts !

  • Approche générale du règlement (2311 mots)

    Le RGPD entre en vigueur le 25 mai 2018. À cette date, toutes les entreprises et les acteurs publics devront être conformes aux nouvelles dispositions relatives à la protection des données à caractère personnel. Les métiers de la sécurité et de la sûreté sont eux aussi impactés.

  • N’oubliez pas le piratage visuel de l’information ! (353 mots)

    Dans le cadre de la préparation au RGPD, il paraît essentiel d’inclure la sécurité physique et notamment la sécurité visuelle des données.

  • Votre système de sécurité sera-t-il prêt à temps ? (755 mots)

    Nous ne sommes plus qu’à quelques semaines de l’entrée en vigueur du Règlement général sur la protection des données (RGPD). Jusqu’alors, dans l’Union européenne, les lois sur les données personnelles des systèmes de vidéosurveillance étaient soumises à interprétation et, d’un pays à un autre, les entreprises adaptaient leurs infrastructures et leurs politiques aux normes locales. Mais à partir du 25 mai 2018, tout cela va changer.

  • Comment la fonction gestion des risques traite-t-elle les fuites de données ? (906 mots)

    Yahoo, Uber ou encore Equifax ne sont plus seulement connus pour leurs produits et services mais aussi pour les importantes fuites de données dont elles ont été victimes, souvent à la suite d’une cyberattaque. Le futur de la fraude sera nécessairement numérique. Aussi, au moment où le RGPD se met en place, comment gérer les futures fuites d’informations ? Un sujet qui promet d’être majeur dans la gestion de la conformité.

  • « Sélectionner la technologie la plus adaptée pour être en conformité » (1441 mots)

    Installateurs, mainteneurs et intégrateurs sont en première ligne sur la protection des données. Ils doivent repérer les failles, conseiller au mieux et sélectionner les matériels qui répondent à la fois au besoin client et à la protection des données. Pour l’Anitec qui représente nombre d’entre eux, le RGPD est une priorité.

  •  Évacuation ou confinement ? (7 novembre 2017)
    Évacuation ou confinement ?

  • Les paradoxes de la peur panique (3216 mots)

    Guillaume Dezecache est docteur en sciences cognitives. Ses travaux concernent le comportement communicatif en situation de danger, chez l’humain et le chimpanzé. En parallèle, il travaille sur les réactions individuelles et collectives au danger chez l’humain, dans le cadre d’une étude avec des rescapés du Bataclan, financée par l’appel CNRS Recherche-Attentats. Il explique que la panique n’est pas si commune.

  • Au Louvre, des zones dédiées à la sécurité du public (1035 mots)

    Le 3 février 2017, des militaires de l’opération Sentinelle sont attaqués au Carrousel du Louvre. Dans les premiers instants, on ne sait pas s’il s’agit d’un acte isolé ou d’une attaque coordonnée. Le Musée expérimente alors en grandeur nature les dispositifs de mise en sécurité du public testés en 2016 au cours des exercices Athena. Denis Fousse, directeur adjoint de l’accueil et de la surveillance, revient sur les grandes lignes de la stratégie mise en place dans l’établissement.

  • Stratégie de confinement au Bon Marché (1119 mots)

    Après l’attaque du Bataclan, le grand magasin parisien Le Bon Marché a mis en place une politique globale de sûreté pour faire face aux risques d’attaques violentes. Il prévoit notamment le confinement massif des clients et du personnel.

  • Sécurités publique et incendie : comment les concilier ? (1521 mots)

    Discothèque le 5-7 en 1970, hôtel Paris-Opéra en 2005, bar Le Cuba Libre de Rouen en 2016… Ces incendies meurtriers ont provoqué un vif émoi et ont conduit l’État à amender sans cesse le règlement de sécurité incendie. La succession de textes visant à imposer la mise en sécurité des petits hôtels entre 1976 et 2011 en est le témoignage le plus emblématique.

    Pour autant, l’actualité a logiquement relégué la sécurité incendie au second plan. L’attentat du Bataclan et ses 90 victimes, et de façon plus large le drame de la promenade des Anglais à Nice, voire celui de Las Ramblas à Barcelone, ont incité les élus, maîtres d’ouvrage et exploitants à rééquilibrer leurs investissements au regard du risque.

  •  Cyber : le danger vient-il de l'intérieur ? (4 octobre 2017)
    Cyber : le danger vient-il de l'intérieur ?

  • Les attaques à la lumière des retours d’expérience (1659 mots)

    La digitalisation et le développement d’Internet attirent un nombre important de cybercriminels. Les techniques qu’ils emploient se multiplient et les attaques ciblent les organisations et les entreprises de toute taille. État des lieux avec exemples à l’appui.

  • La sécurité connectée, un univers loin d’être infaillible (1121 mots)

    Ronan Jezequel, responsable études et développement, et Ibrahim Daoudi, ingénieur sécurité informatique, tous deux du département Protection mécanique et électronique de sécurité de CNPP, s’intéressent de très près aux produits de sécurité connectés. Un marché florissant et évoluant sans cesse, numérisation oblige, mais où la sécurité est parfois loin d’être « au carré »…

  •  Comment analyser sa vulnérabilité (2 septembre 2017)
    Comment analyser sa vulnérabilité

  • Évaluer, mesurer, analyser sa vulnérabilité (906 mots)

    Essentielle à tout processus de maîtrise des risques, l’analyse de la vulnérabilité d’une organisation face aux aléas pesant sur elle est le passage
    obligé de tout responsable sécurité. Pour formaliser la méthode CNPP a élaboré le référentiel 6011 dispensé dans ses cursus de formation.

  • Trithérapie pour le risque incendie à l’AP-HP (1466 mots)

    Jouant le rôle de centre hospitalier régional pour la capitale et l’Île-de-France, l’Assistance publique – Hôpitaux de Paris est une énorme machine à produire de la santé. Marquée par un patrimoine immobilier à la fois ancien, étendu et diversifié, la gestion du risque incendie au sein de cette entité complexe a bénéficié de la mise en place d’une analyse des risques originale, mêlant trois méthodes.

  • L’outil d’analyse des causes du Barpi (1434 mots)

    De nombreuses méthodes sont disponibles pour réaliser l’analyse des causes d’un accident. Celle que propose le Barpi est basée sur la modélisation graphique qui met en lumière les défaillances directes et les causes profondes.

  • Choisir sa méthode d’analyse (167 mots)

    Les méthodes d’analyses des risques, selon les domaines de risques ou d’activités, ne manquent pas. Reste à déterminer la ou les plus adaptée(s) à son activité.

  •  Sécurité routière : soyez dans les clous (28 juin 2017)
    Sécurité routière : soyez dans les clous

  • Analyser les accidents routiers pour mieux les prévenir (1370 mots)

    Assez stable depuis une dizaine d’années, les accidents de la route restent la première cause de mortalité au travail. Pour agir, plusieurs clés sont disponibles mais l’une des premières est d’agir sur les causes. Et pour les dépister, rien ne vaut un détour par l’analyse des accidents et des presqu’accidents.

  • Jean Rozé, la prévention au coeur de la route (1242 mots)

    Lorsqu’une entreprise dispose d’un grand nombre de salariés mobiles, il est important que la sécurité routière soit au coeur de sa politique de prévention des risques. Exemple avec l’entreprise SVA Jean Rozé.

  • La mobilité routière à l’heure du numérique (1756 mots)

    Sur la route, la mobilité est l’objet de toutes les transformations : les nouvelles technologies investissent les véhicules à grande vitesse, les modes de déplacement évoluent et deviennent plus collaboratifs, de nouvelles « big data » sont générées par une connectivité grandissante. Dans ce contexte de vastes bouleversements, comment se positionne le monde de l’assurance ?

    François Nédey, directeur technique au sein d’Allianz France, nous répond.

  •  La maintenance connectée (10 mai 2017)
    La maintenance connectée

  • Place aux outils de demain ! (1088 mots)

    Drones, permis de feu numérique, EPI connectés… Les agents de maintenance ont désormais à leur disposition de nombreux outils connectés qui facilitent leurs interventions. Reste toujours en suspens la question de la cybersécurité, essentielle, mais qui ralentit l’adoption de ces outils du futur.

  • La maintenance à l’épreuve du risque cyber (1798 mots)

    Parce qu’elle relie automatismes et mainteneurs via le réseau Internet, la maintenance connectée augmente l’exposition de l’entreprise aux cyber-risques. Comment prévenir les attaques et s’assurer de la sécurité des opérations ? Le point avec Anthony Di Prima du cabinet de conseil Wavestone et membre du Clusif.

  • La maintenance se conjugue au futur (1265 mots)

    L’usine du futur n’est plus de la science-fiction. Elle devient réalité au travers de nombreux projets qui emmènent l’entreprise dans l’ère 4.0.

1 2 3 4 5 6 7 ... 28