Embrasement généralisé éclair (EGE) lors de feux de forêt

Date de publication : 01/02/2005  |  Auteurs : Geoffroy Carbonell Élève-ingénieur de l’Ecole des Mines d’Alès Jean-Paul Monet Chef du groupement centre du Sdis 13 Jean-Jacques Bozabalian Officier supérieur à l’état major de la zone de défense et sécurité civiles sud Gilles Dusserre Enseignant-chercheur de l’École des Mines d’Alès, responsable de mastère Luc Jorda Directeur du Sdis 13

Photo SDIS 26
Photo SDIS 26

« Bouts de bois et pierres qui volent (…) au départ pas de vent, avant le “Boum”, l’onde de chaleur », « les premières flammes atteignent 4 à 5 m de haut, puis d’un coup un mur orange », « le petit vallon devant nous a explosé ». « J’ai vu le ciel s’embraser avant les végétaux ». « Au niveau du flash qui claque, le moment paroxystique dure au maximum 1 à 2 minutes ». Voilà l’embrasement généralisé éclair (ou EGE) tel qu’il a été décrit par les témoins des accidents en feux de forêt.


Par temps chaud, les plantes se refroidissent par évapotranspiration c’est-à-dire en évaporant, par les stomates de leurs feuilles et de leurs aiguilles, l’eau qu’elles prennent dans le sol par leu...
Contenu réservé

Article paru dans Face au Risque n°410 - février 2005 -

Prix de l'article : 7 €
Pour lire la suite :