L'Anses recommande la prise en charge des personnes victimes des ondes électromagnétiques

Date de publication : 28/03/2018  |  V. D.

Crédit : sdecoret - Fotolia
Crédit : sdecoret - Fotolia

Plus d’un an après l’entrée en vigueur du décret du 3 août 2016 relatif à la protection des travailleurs contre les risques dus aux champs électromagnétiques, l’Anses a publié, le 27 mars 2018, les résultats d’une étude sur l’hypersensibilité aux ondes électromagnétiques.

L’Agence nationale de sécurité sanitaire de l’alimentation, de l’environnement et du travail (Anses), dans son étude sur l'hypersensibilité aux ondes électromagnétiques, a conclu à l’absence de preuve expérimentale solide, en l’état actuel des connaissances, permettant d’établir un lien de cause à effet entre l’exposition aux champs électromagnétiques et les symptômes décrits par les personnes souffrant d’électrohypersensibilité (EHS).

Elle reconnaît la complexité de cette problématique et souligne que « la souffrance et les douleurs exprimées par les personnes se déclarant EHS correspondent à une réalité vécue les conduisant à adapter leur quotidien pour y faire face ».

Cette expertise s’appuie sur l’ensemble de la littérature scientifique et sur des auditions de personnel médical, chercheurs, associations, personnes souffrantes d’EHS ainsi que de données issues d’une consultation publique ouverte de juillet à octobre 2016.

L'hypersensibilité électromagnétique se manifesterait par des troubles liés aux expositions de champs électromagnétiques émis par les appareils électroménagers, installations électriques et dispositifs communicants. Parmi les symptômes couramment évoqués par les personnes souffrantes d'EHS : maux de têtes, troubles du sommeil, de l'attention et de la mémoire... des maux qui conduiraient à un isolement social.

Ainsi, l’Anses recommande une prise en charge adaptée aux personnes concernées. Elle préconise également la poursuite des travaux de recherche notamment pour prendre en compte leurs conditions de vie. 

>>> A lire aussi : Les risques dus aux champs électromagnétiques (Face au Risque n°532 - avril 2017)

Dans cette étude, l’Anses émet diverses recommandations notamment sur le développement des formations des professionnels de santé sur cette problématique ainsi qu’une meilleure prise en compte des attentes des personnes se déclarant électrohypersensibles.

L'Agence souhaite renforcer les interactions entre scientifiques et associations de victimes et poursuivre les efforts de recherche sur les effets sanitaires des radiofréquences.